Environnement

Haut de page

 

INDEX

 

 

Agence de l'Environnement et de la maîtrise de l'énergie

Agence française pour la biodiversité

Actions municipales

Bulletin de santé du végétal (zones non agricoles)

Challes-les-Eaux et le "zéro phyto"

Challes-les-Eaux et ses zones protégées

Chasse et Pêche

Conseil départemental : Opération "zéro pesticide" 

Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement

Frelon asiatique (réseau FREDON Rhône-Alpes)

Hydrogène

Informations sur le patrimoine naturel

Planification énergétique

Pollution de l'air ambiant

  • La qualité de l'air (ATMO)
  • Le Plan local pour la qualité de l'air (plaquette de présentation PLQA)
  • Le Plan local pour la qualité de l'air
  • Arrêté préfectoral d'approbation du PLQA
  • La pollution de l'air
  • Certificat Crit'Air

Sites intégrés au corridor biologique

Trames verte et bleue ou corridor biologique

 

 

 

 

 

Challes-les-Eaux et le "zéro phyto"

 

 

Depuis le 1er janvier 2017 l'objectif "zéro pesticide" s'applique à l'ensemble des espaces publics.
Dorénavant, l’entretien des espaces publics passe par d’autres moyens que les produits phytopharmaceutiques. 
La loi de transition énergétique de 2015 a accéléré le processus prévu par celle du 6 février 2014, dite Loi Labbé, qui fixait l’échéance à 2020.
 
Les nouvelles prescriptions bousculent nos habitudes et nous voyons réapparaître de temps à autre, une végétation indésirable dans nos rues.
Le chemin vers le zéro-phyto mérite un effort partagé par tous.
 

 

Depuis 2015, nos agents techniques se forment régulièrement aux méthodes alternatives d'entretien et ils sont donc aujourd’hui, entièrement impliqués dans ce nouveau processus. Ils sont parfaitement sensibilisés à la gestion raisonnée et à l’arrêt des pesticides. 

Si, aujourd’hui, l’herbe revient par endroit dans notre ville, ce n’est donc pas par absence d’entretien, car nos agents techniques veillent comme auparavant, au bon état des 10 ha d’espaces verts, de nos 2 cimetières et des 20 kilomètres de voirie seulement, les méthodes diffèrent. 

Nous assistons à un fort engouement pour une protection de la biodiversité mais, pour le gestionnaire de l’espace public, cette nature n’est pas toujours bienfaisante. En effet, certains insectes comme les chenilles processionnaires, la pyrale du buis ou les plantes à pollens allergisants posent de véritables problèmes de santé publique. De même, les plantes envahissantes perturbent nos milieux naturels. 

Parmi les différents groupes de pesticides, on en distingue trois principaux :

  • Les insecticides (qui détruisent les insectes, amis ou ennemis du jardinier);
  • Les fongicides (qui détruisent les champignons);
  • Les herbicides (qui détruisent les plantes jugées indésirables).

La gestion des milieux naturels implique une substitution des pesticides par des moyens mécaniques afin d'améliorer leur richesse écologique.

 

 
Engagée depuis 2015 dans le "zéro phyto" pour une bonne application du contrat du bassin versant du Lac du Bourget 2011-2017,
notre commune est sensibilisée : 
Au respect de l’environnement et des écosystèmes naturels
A la préservation et économie de la ressource en eau
A l'économie des ressources naturelles
Au respect de la santé des agents et des habitants de la commune
A l'amélioration du cadre de vie et à la qualité de la vie des challésiens

Haut de page

 

 

Les zones protégées à Challes-les-Eaux 

 

 

Intégrée à la zone urbaine du Grand Chambéry, la commune de Challes-les-Eaux n'en préserve pas moins ses nombreux sites naturels.

Le maintien d'un équilibre visant à mettre en cohérence le développement de l'habitat, de la mobilité, l'aménagement urbain et environnemental, le maintien des zones agricoles et naturelles ainsi que la préservation des écosystèmes est un objectif prioritaire que la commune prend en compte. 

 

Une zone humide, zone "tourbière", arrêté de protection de biotope 

 

  • Le marais des Noux (17,20 ha) (Zone d'intérêt écologique particulier) 



    Carte de l'Arrêté de Biotope 1,2Mo

 

Des zones humides 

  • Bois Plan
  • Bords de la Mère et Plan d'eau (4,07 ha)
  • Marais de Montagnolle (0,21 ha)
  • Marais de Chassettes (13,98 ha)

Le Conservatoire d'Espaces Naturels de Savoie lance une enquête sur votre perception du Marais des Chassettes situé sur les communes de Challes-les-Eaux et La Ravoire. Les résultats de cette enquête serviront à alimenter les connaissances sur les zones humides.​

► Juin – Août 2018 : Participez à une enquête sur le Marais des Chassettes​

  • Prin Foin (0,33 ha)
  • Triviers (0,22 ha)

 

Un espace classé "Natura 2000" et Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 1 

  • Massif des Bauges, pelouse, landes, forêts de ravin et habitats rocheux
  • Maîtrise de la fréquentation des falaises du site au regard des zones de vie des rapaces rupestres et des activités de loisirs 
  • Amélioration des connaissances sur la biodiversité et le fonctionnement des pelouses sèches en lien avec les pratiques agricoles.

 

Trois Zones Naturelles d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 1 

  • Bocage de Boige et de la Ramée (55,27 ha)
  • Marais des Chassettes (14,99 ha)
  • Le Mont Saint Michel (142,49 ha)

Une zone Naturelle d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 2 

  • Rebord Méridional du Massif des Bauges

Haut de page

 

La Trame verte et Bleue ou "corridor biologique"

 

 

La Trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques identifiées par les Schémas Régionaux de Cohérence Écologique (SRCE) ainsi que par les documents de planification de l'État, des collectivités territoriales.

► La trame verte et bleue  INFOS

► La Trame Verte et Bleue est explicitée dans la thématique des Milieux Naturels Inventoriés

 

Le corridor biologique entre le massif des Bauges et le massif de la Chartreuse intègre l’une des coupures vertes définies dans le Schéma de Cohérence Territoriale de "Métropole Savoie" (SCOT).
Il relie le sud du massif des Bauges au nord du massif de la Chartreuse. Il concerne les communes de Saint-Jeoire-Prieuré, Saint-Baldoph, Challes-les-Eaux,  La Ravoire, mais aussi Chignin, Myans et Apremont (Coeur de Savoie).
 
D’un point de vue naturaliste, il renferme :
  • 12 ZNIEFF de type I;
  • 1 arrêté préfectoral de protection de biotope;
  • 17 zones humides recensées dans l’inventaire départemental;
  • de nombreux milieux favorables à des espèces remarquables comme la chouette chevêche, le hibou petit-duc, le moineau friquet et le torcol fourmilier.
Proche de l’agglomération chambérienne, ce corridor a conservé des zones agricoles encore importantes, sur lesquelles se pratique un élevage favorisant la présence de haies, cultures et vergers.
Ce corridor pourrait être emprunté par des grands mammifères présents dans les Bauges et la Chartreuse, comme le lynx ou le chevreuil.

► Consultez la "Trame Verte et Bleue" à Challes-les-Eaux sur cette carte interactive (Direction départementale des territoires de la Savoie)

 

Haut de page

 

Sites intégrés au corridor et proches de Challes-les-Eaux

 

 

Marais sur le ruisseau du Bondeloge

Il fait partie de l’inventaire "zones humides".
Cet espace naturel de près de 30 hectares, débordant sur la commune de Myans, se compose surtout de prairies et de roselières. Il présente un intérêt botanique important à l’échelle départementale par la présence de trois espèces protégées en Rhône-Alpes :
  • le cirse de Montpellier,
  • l’inule de Suisse
  • la germandrée d’eau présente dans seulement quatre communes du département.

Du plateau de Boige à la Ramée (Challes-les-Eaux et Saint-Jeoire-Prieuré)

Dénommé “Bocage de Boige et de la Ramée“, ce site intègre le marais des Noux (Challes-les-Eaux), appartenant au site Natura 2000.
Il est intitulé “Réseau de zones humides dans la combe de Savoie et la moyenne vallée de l’Isère“ et figure dans l’inventaire des zones humides de Savoie dont une partie est gérée par le CEN de Savoie.

Il s’agit d’une des dernières zones d’élevage de l’agglomération chambérienne formant une mosaïque de cultures, prairies, haies et bosquets, entre lesquels de petites dépressions sont à l’origine de milieux humides. Avec une surface d’une vingtaine d’hectares, le marais des Noux est le plus importantde ces milieux.

Dans un contexte urbain en extension, l’intégrité et la surface (environ 200 ha) de ce type d’ensemble bocager sont devenus exceptionnels, ce qui donne à ce site une très forte valeur écologique.

Avec le ruisseau de l’Albanne et le marais sur le ruisseau du Bondeloge, il forme une des composantes importante du corridor biologique entre le massif des Bauges et le massif de la Chartreuse. Ce site regorge d’intérêts naturalistes.

Le maintien de saules têtards et d’arbres fruitiers de haute tige offre les sites de nidification pour au moins trois couples de chouette chevêche.

Les aulnaies-frênaies du marais des Noux forment des boisements importants par leur surface et leur intérêt biologique à l’échelle de l’Europe. Un papillon également d’intérêt européen se reproduit dans les prairies humides de ce marais : l’azuré de la sanguisorbe. Des plantes rares, dont des orchidées protégées en Rhône-Alpes, s’y développent : la gymnadénie odorante, l’orchis à fleurs lâches et l’orchis des marais.

La vallée de l'Albanne (La Ravoire et Saint-Baldoph)

Ce site est intitulée “Prairies humides et bocages des Abîmes de Myans“ et “Ruisseau de l’Albanne“.
Il comporte plusieurs zones humides inscrites dans l’inventaire départemental.

La vallée de l’Albanne se compose d’un chapelet de milieux humides réparti entre le marais de Boige au nord (désormais coupé de
la vallée par la voie rapide urbaine), et le marais du Frainet, au sud et en rive gauche. Avec ces marais, des zones de bocages forment les derniers éléments naturels de la vallée, aujourd’hui investie par plusieurs pôles d’urbanisation. Ce réseau d’espaces naturels forme un couloir pour le déplacement de nombreuses espèces animales le long de l’Albanne, depuis le piémont de la Chartreuse, jusqu’aux portes de l’agglomération chambérienne.

Le chabot, petit poisson d’intérêt européen dans le cadre de la directive Habitats, fait partie de ces espèces sensibles au maintien et à la qualité de ce couloir naturel.

L’un des milieux humides, appelé marais des Crauses à Saint-Baldoph est (ou a été), avec le marais des Noux à Challes-les- Eaux, l’une des dernières localités connues pour le cuivré des marais dans la cluse de Chambéry.
Dans ce même marais se reproduisent une libellule rare en Rhône-Alpes, la cordulie à taches jaunes, ainsi que la grenouille agile.

 

Haut de page

 

Informations complémentaires

 

 

Réseau Européen "Natura 2000" ⇒ INFOS 

Les  Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique

► Vous pouvez aussi consulter les zonages environnementaux concernant Challes-les-Eaux, sur le site de la DREAL Rhône-Alpes

Des espèces recensées sur la commune de Challes-les-Eaux, rendez-vous sur l'Observatoire de la biodiversité de Savoie 

► Observatoire des Territoires de la Savoie ⇒ INFOS

 Venez découvrir le site du Conservatoire d'Espaces Naturels de la Savoie (association Loi 1901 au service de la biodiversité savoyarde)

►  Cartographie des cours d'eau

► Retrouvez  les sites naturels, la faune et la flore de Challes-les-Eaux et de ses environs en consultant

    le "Mémento du patrimoine naturelTerritoire de Chambéry et, plus particulièrement les pages 26 à 29.

 

 

 

Planification énergétique Challes-les-Eaux

 

Étude de planification énergétique à l'échelle du Schéma de cohérence territoriale (SCoT) ⇒ plaquette d'information 

 

 

 Le conseil départemental : Opération "zéro pesticide" 

 

 

Depuis début 2008, le domaine routier départemental ne fait plus l'objet de traitement de la végétation par des pesticides de même une importante démarche a également été portée par la Chambre d'agriculture pour des "traitements raisonnés".

► PLUS D'INFOS    

Haut de page

 

 

Pollution de l'air ambiant

 

 

 Arrêté n° DSIPC 2017-1102 du 2 novembre 2017 relatif aux procédures préfectorales d'information-recommandation et d'alerte du public en cas d'épisode de pollution de l'air ambiant dans le département de la Savoie 

 En savoir plus sur la qualité de l'air  ⇒  Accueil

 Prévention des risques majeurs : pollution de l'air

► La plaquette de présentation du PLQA de l’agglomération chambérienne 

Le PLQA de l’agglomération chambérienne

Arrêté préfectoral d'approbation du PLQA

 Obtenir son certificat qualité de l'air (Crit'Air)

Le certificat qualité de l’air est un document sécurisé qui permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes.
Pour un envoi en France, son coût revient à 3,62 €. 
Il vous sera envoyé par voie postale à l’adresse figurant sur votre certificat d’immatriculation. Vérifiez que cette information soit bien à jour.

Votre véhicule est immatriculé en France

Votre véhicule est immatriculé dans un autre pays

 

 

 

Actions municipales

 

 

Avancement de la démarche "0" phytosanitaire

Au cours de la saison 2015, différentes techniques ont été expérimentées : tonte raisonnée, mulching (tonte fine sans ramassage), compost. 
Acquisition de matériels mécaniques (stabnet) permettant un désherbage plus rapide et à qualité égale : deux outils désherbeurs de chemin et une brosse de désherbage adaptée sur deux motoculteurs et de 4 réciprocateurs SARP à guidon (débroussailleuse).                            
Saison 2016 
Mise en œuvre de la gestion différenciée.
Utilisation et optimisation des techniques et outils sélectionnés (enherbement des allées du cimetière, utilisation des outils Stabnet et réciprocateur, paillage, plantation d’espèces spécifiques, développement de prairie méliflore, mise en friche d’espaces verts…)
Réception aux Services Techniques des nouveaux équipements permettant l'entretien des espaces verts.

Pollution canine : Les déjections canines sont un véritable fléau pour tous ! 

Le premier distributeur de "SACS GANTS"  pour les déjections canines est posé en face de l’entrée Salle Polyvalente et du Camping.

Autres emplacements retenus : 
  • Place de la Gare Routière et début montée vers la Poste
  • Place Beauséjour vers le Kiosque
  • Passage du Parc
  • Allée Marie Peignat coté parc de Triviers
  • Entrée Parc de Triviers côté rue Ernest Pernet
  • Parvis de l’Eglise – Square  Bellemin Noël
  • A l’angle Chemin des sportifs rue du stade

Verger-Rucher Communal - Aménagement 

  • Une troisième ruche est venue compléter les deux installées en 2015. La prairie fleurie modifiée, est étendue coté piste cyclable.
  • Un panneau d’informations pédagogiques est implanté sur une  plateforme en gravier au bord de la piste cyclable
  • La partie verger est modifiée

      Haut de page

 

 

La filière Hydrogène

 

 

La région Auvergne-Rhône-Alpes 

 

La Région Auvergne Rhône-Alpes ambitionne de devenir le premier territoire à hydrogène en France et en Europe.

 

L’hydrogène présente de nombreux atouts dont l’amélioration de la qualité de l’air et l’absence d’émission de CO2 et pourrait prendre toute sa place dans la transition énergétique.

C’est le pari de la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui table sur les voitures à hydrogène. Les véhicules dotés de pile à combustible ne rejettent que de l’eau par leur pot d’échappement. Ils sont en effet propulsés par de l’électricité produite à partir d’hydrogène et d’oxygène.

Elle veut être une région leader sur le développement durable et accélérer le déploiement de l'hydrogène comme vecteur énergétique et propre.

Dans cette perspective elle a candidaté à l’appel à projet européen Blending call 2017, en présentant un projet d’envergure sur le déploiement de la mobilité zéro émission sur son territoire "Zero Emission Valley" (ZEV) qui a été remporté. 

Le programme Zero Emission Valley a pour objectif de faire d’Auvergne-Rhône-Alpes la région leader de la mobilité hydrogène en Europe en accélérant le déploiement de véhicules à pile à combustible et de stations à hydrogène dans toute la région.

Grâce à ce programme, la Région va déployer 1 000 voitures à pile à combustible zéro émission ; 20 stations de recharge à hydrogène et 15 électrolyseurs pour produire de l’hydrogène sans émettre de CO2.

Les premières actions économiques et réalisations de stations à hydrogène se concrétiseront dès la fin 2018.  

La Région investira sur l’ensemble du territoire régional 15 millions d’euros sous la forme de subventions et de prise de participation, quand les fonds européens seront mobilisés à hauteur de 10,1 millions d’euros.

 

PLUS D'INFOS  région Auvergne-Rhône-Alpes

 

 

Grand Chambéry

Grand Chambéry met en oeuvre tout un ensemble de mesures pour favoriser les énergies propres, et ainsi préserver son patrimoine naturel. C’est dans cette optique qu’il s’est engagé dans le plan « Zero Emission Valley » porté par la Région.

Ce programme se devait de prendre place sur un territoire précurseur en la matière.

Grand Chambéry accueillera, courant 2019, une station hydrogène qui sera implantée à proximité de la VRU N 201 - A41-A43 (Les Landiers)

 

 Haut de page